Artikel

Les spéculateurs sont des requins tigres

Les spéculateurs sur les produits alimentaires n’ont aucun scrupule. Une initiative veut les mettre en cage.

Le requin-tigre est un énorme animal de la famille des requins requiem, des carnivores extrêmement voraces. Ce squale aux grandes dents et aux yeux noirs fait partie des habitants les plus craints de la planète. Il colonise toutes les grandes mers tempérées et tropicales et pêche volontiers en eau trouble.

Les puissantes mâchoires du requin-tigre lui permettent d’exercer une pression de plusieurs tonnes au centimètre carré. Pour apporter suffisamment d’énergie à son organisme, il est perpétuellement en mouvement. Le requin-tigre est capable de détecter une goutte de sang diluée dans 4 600 000 litres d’eau.

Le spéculateur sur les denrées alimentaires travaillant à la Bourse des matières premières agricoles de Chicago présente une grande similitude avec cette description du requin-tigre. Comme lui, il parvient à détecter ses victimes de très loin et à les détruire en un tournemain. Et ce, pour satisfaire sa voracité, autrement dit son insatiable appât du gain.

Les lois du marché veillent à ce que seule la demande solvable soit satisfaite. Elles laissent délibérément de côté le fait que l’alimentation constitue un droit de la personne humaine, un droit universel.

Le spéculateur sur les denrées alimentaires agit sur tous les fronts et engloutit tout ce qui peut lui rapporter quelque chose : il joue avant tout avec les terres, les moyens de production, les semences, les engrais et les denrées alimentaires.

Enfants morts, spéculateurs repus

Sur le marché mondial, les cours du riz, du blé et du maïs explosent. Le prix du maïs a augmenté de 63 % ces douze derniers mois, celui du riz de 38,2 %. Le prix du blé a doublé.

Mais les spéculateurs réalisent des profits astronomiques. Dans les bidonvilles de la planète où vivent 1,2 milliard de pauvres selon la Banque mondiale, les parents ne peuvent plus acheter suffisamment de nourriture. Leurs enfants meurent de faim. D’après l’ONU, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim toutes les cinq secondes. Sur les sept milliards d’êtres humains que compte la planète, un milliard est en permanence très gravement sous-alimenté.

La Suisse, et notamment Genève, est aujourd’hui le centre mondial de la spéculation sur les matières premières (denrées alimentaires avant tout), du fait des exorbitants privilèges fiscaux accordés.

Signez l’initiative !

Le 1er octobre, la Jeunesse socialiste suisse (JSS) a commencé à récolter des signatures pour son initiative populaire « Pas de spéculation sur les biens alimentaires ». Elle vise à interdire la spéculation boursière sur les denrées alimentaires et à inscrire cette interdiction dans la Constitution fédérale.

Les spéculateurs en Bourse jouent avec la vie de millions d’êtres humains. La suppression complète et immédiate de ce genre d’activité relève du bon sens. Je vous prie, conjointement avec Solidar Suisse, de soutenir cette initiative vitale de la JSS. A vos stylos !

www.juso.ch/fr/stop-speculation

nous les laissons mourir Le dernier ouvrage de Jean
Ziegler, Destruction massive – Géopolitique de la faim, est paru en octobre 2011, aux éditions du Seuil.

Informiert bleiben

Persönlich, rasch und direkt

Du willst wissen, wofür wir uns engagieren? Nimm Kontakt zu uns auf! Bei persönlichen Anliegen helfen dir unsere Regionalsektretär:innen gern weiter.

syndicom in deiner Nähe

In den Regionalsekretariaten findest du kompetente Beratung & Unterstützung

Jetzt Mitglied werden