Article

Action de protestation devant l’AD de viscom: les entrepreneurs de l’industrie graphique doivent assumer leurs responsabilités

Ce matin s’est tenue à Locarno l’assemblée des délégués de l’association patronale viscom. syndicom et Syna ont accueilli les participants avec une lettre dans laquelle ils appellent les entrepreneurs de l’industrie graphique à assumer leurs responsabilités.


Car lors de sa séance en mars, le comité central de viscom avait porté un coup de grâce à la demande de déclaration de force obligatoire (DFOG) du Contrat collectif de travail (CCT) de l’industrie graphique émise deux ans auparavant et refusé de donner suite à l’avis favorable du SECO. Ceci malgré une déclaration d’intention mutuelle lors des négociations CCT en 2012 et 2015!


Par sa politique, viscom ne soutient pas ses membres, mais ouvre la voie à la concurrence déloyale et à la sous-enchère salariale des entreprises non affiliées à son organisation. C’est un scandale!


La prise de position

informations utiles


Le 27 mars, le comité central de viscom a enterré définitivement le processus visant à introduire la DFOG du CCT pour l’industrie graphique, alors qu’un article spécifique prévoit sa mise en vigueur dans deux CCT renouvelés: les CCT 2012-2015 et 2016-2018.


A deux reprises, viscom n’a donc pas  respecté ce que ses membres ont accepté et signé.


Accord violé dans la CCT
Viscom a ignoré deux CCT et les quorums atteints pour la DFOG. C’est un scandale! Nous nous interrogeons sur les conséquences de cette décision pour l’avenir du partenariat social – pour le CCT de l’industrie graphique, pour tous ceux qui travaillent dans notre secteur et pour les jeunes qui choisissent l’industrie graphique comme objectif professionnel.


Dans un canton de Suisse orientale, un polygraphe s’est vu offrir un salaire de 2600 francs par mois pour un poste à 100%. Cet exemple concerne certes une agence de communication en-dehors de notre secteur. Néanmoins un signal dangereux est lancé. Les apprentis de l’industrie graphique doivent-ils vraiment s’attendre à un tel avenir? Les membres de viscom comptent-ils attirer de cette manière des jeunes dans la branche graphique avec l’objectif de les former?

Déclarer le CCT de force obligatoire générale dans notre secteur empêcherait une telle situation. Ceci devrait aussi faire réfléchir les membres viscom! Car offrir des produits d’excellente qualité sans garantir à tous de bonnes conditions de travail est une voie sans avenir.  

viscom encourage la sous-enchère salariale

En retirant la demande de DFOG du CCT, viscom tolère que les entreprises non signataires du CCT continuent de bénéficier de ce que l’association et ses membres développent: formation professionnelle, perfectionnement, lobbying en faveur des intérêts de la branche et volonté d’endosser ensemble la responsabilité pour la branche.

Par cette décision, viscom fait de la politique pour les non-membres, qui peuvent ainsi concurrencer les entreprises respectueuses du CCT en pratiquant la sous-enchère salariale et en proposant de moins bonnes conditions de travail. Garantir de bonnes conditions de travail pour tous ne constitue donc pas un objectif uniquement syndical, mais s’inscrit aussi dans l’intérêt des membres de l’association.

Malgré ces événements graves, syndicom et Syna veulent préserver le partenariat social et la garantie d’un bon CCT. Nous savons que le succès de la branche graphique n’est possible que si tous y contribuent. Si chacun défend uniquement ses propres avantages, nous coulons tous.

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter