Article

Ciel sombre pour les futurs retraités de La Poste

Le 15 juin dernier, lors d’une conférence, Françoise Bruderer Thom, directrice de la Caisse de pensions Poste, a présenté la situation préoccupante de la caisse aux comités d’entreprise de Poste CH SA, PostFinance SA et CarPostal SA. Nous avons voulu en savoir plus.

Le 2e pilier est particulièrement sensible aux évolutions de la Bourse, au rendement des actions et de l’immobilier. Crise des subprimes, fin du taux plancher, taux négatifs, guerres, terrorisme, menace de Grexit et de Brexit : l’année 2015 a connu des turbulences qui ont eu un impact sur la performance des placements des caisses de pension. 2016 ne semble pas en reste. L’heure semble plutôt à la baisse des taux et des rentes. Est-ce vraiment inéluctable ?

syndicom, le journal : Le conseil de fondation de la Caisse de pensions Poste a fait une lecture pessimiste des rendements attendus et a décidé de réduire le taux d’intérêt technique à 2,25 %. Comment en est-on arrivé là et quelles sont les conséquences pour les retraités actuels de La Poste ?

Françoise Bruderer Thom : Le taux technique est le taux que l’on pense pouvoir atteindre avec le placement de la fortune. Il était de 3 %. Les problèmes économiques et financiers laissent supposer que nous ne pourrons pas atteindre 3 %. Donc, nous diminuons nos attentes à long terme et baissons le taux technique à 2,25 %. C’est ce taux que nous utilisons depuis le 1er janvier 2016 pour le calcul des rentes. La rente du retraité actuel ne change pas. Nous avons certes baissé le taux technique, mais avons augmenté le capital des rentiers car la rente ne peut être diminuée.

Le conseil de fondation a également décidé de baisser le taux de conversion – qui fixe le niveau des rentes, soit la grandeur des tranches du gâteau – de 5,85 % à 5,35 %. Quels effets sont prévisibles pour les actuels et futurs retraités de La Poste ?

Si le taux de conversion baisse, la rente baissera aussi. Toutefois la baisse du taux de conversion au 1er janvier 2016 a été compensée par une augmentation du capital d’épargne. Les assurés actifs ont reçu un apport financier. Ainsi 75 % de la baisse estimée de la rente future est compensée par une augmentation du capital (voir l’exemple ci-dessous). Le montant de cet apport est visible sur le certificat de prévoyance.

La Poste réalise plus de 600 millions de bénéfice par année. Ne peut-elle pas faire un geste pour augmenter les rentes actuelles et compenser financièrement la baisse des rendements attendus par une sorte de garantie des acquis ?

Les rentiers actuels sont partis à la retraite avec des taux de conversion bien plus élevés que ceux dont nous avons parlé. Le taux technique a certes été baissé, mais le capital a été augmenté et la rente n’a donc jamais varié. L’inflation n’est par ailleurs pas une préoccupation centrale. La Poste a jusqu’ici toujours versé un montant très élevé à la caisse de pensions afin d’améliorer sa situation – c’était à chaque fois bien plus qu’un simple geste ! Quand à l’avenir, il faut en parler avec les partenaires sociaux, La Poste et les syndicats.

Exemple très simplifié :

Le taux de conversion de 5,85 % à l’âge de 65 ans a diminué au 1er janvier 2016 à 5,35 %. En principe, la rente diminue dans les mêmes proportions. Mais la Caisse de pensions Poste a financé des apports crédités au capital des assurés actifs. Ainsi, dans notre exemple, l’actif a vu son capital augmenté de 7.–. La rente des futurs retraités diminuera néanmoins de 13 centimes (contre 50 centimes s’il n’y avait pas eu d’apport). Les retraités actuels ne sont pas touchés. Leur rente ne baisse pas. Ce sont les nouveaux retraités en 2016 qui sont le plus touchés. Précisons que le futur retraité en 2016 ou 2017 recevra une grosse compensation parce qu’elle est proportionnelle au capital. Pour les futurs retraités, plus ils auront pu compenser en augmentant leurs cotisations, moins leur rente baissera, voire éventuellement, à terme, elle ne baissera pas du tout. (FB)

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter