Article

D’abord davantage de protection et moins de discriminations

L’USS exige un programme de mesures pour les travailleurs et travailleuses âgés

Dans certaines branches, les travailleurs et travailleuses de 55 ans et plus, voire dès 50 ans, sont plus souvent licenciés aujourd’hui que par le passé. Ils ont ensuite beaucoup plus de difficultés à retrouver un emploi que les jeunes, doivent plus souvent accepter des emplois précaires ou ont besoin, une fois arrivés en fin de droit, de l’aide sociale, ce qui a d’importantes pertes en matière de rentes de vieillesse. Selon Daniel Lampart, le premier secrétaire et économiste en chef de l’Union syndicale suisse (USS), tout cela a pour effet que celles et ceux qui travaillent encore craignent eux aussi toujours plus pour leur emploi.

Contre l’exclusion croissante des travailleurs et travailleuses âgées, l’USS a présenté aujourd’hui un programme détaillé de mesures à prendre. Au centre de ces mesures se trouve, selon Paul Rechsteiner, le président de l’USS, la protection insuffisante contre le licenciement de ces collaborateurs et collaboratrices méritants de longue date : « Si (le tabou du licenciement des collaborateurs et collaboratrices méritants de longue date) a disparu, il faut mettre alors en place une protection efficace contre le licenciement des travailleurs et travailleuses âgés occupés dans l’entreprise depuis longtemps. » L’interdiction de discriminer demandée, qui doit, d’une part, s’appliquer au recrutement de personnel, mais, de l’autre, exige aussi l’égalité de traitement des salarié(e)s âgés en matière de position dans l’entreprise, de formation continue et de rémunération, a également une fonction de protection. En outre, les travailleurs et travailleuses âgés doivent recevoir leur avoir du 2e pilier et ne plus perdre leur droit à une rente s’ils tombent au chômage juste avant d’avoir atteint l’âge de la retraite.

Vania Alleva, coprésidente d’Unia et vice-présidente de l’USS, a aussi demandé à ce que les revendications des travailleurs et travailleuses âgés soient une fois pour toutes prises au sérieux. De nombreuses branches comme le second œuvre ou la coiffure, ainsi que l’hôtellerie n’occupent que peu de travailleurs et travailleuses âgées. Dans les branches du textile et de la mode, on constate même un certain « jeunisme ». Les 50 à 59 ans ont été la seule catégorie d’âge à avoir dit en majorité oui à l’initiative « Contre l’immigration de masse ». Selon Vania Alleva, il faut davantage et non moins de protection pour l’ensemble des salarié(e)s de Suisse, surtout pour les plus âgés. C’est pourquoi il est faux, estime-t-elle, de renvoyer le renforcement des mesures d’accompagnement aux calendes grecques.(USS)

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter