Article

La Poste se porte bien: aucune raison de continuer à serrer la vis au détriment du personnel

Conférence de presse bilan 2013 de la Poste Suisse

Le message du groupe de la Poste sur le bilan 2013 est à double tranchant: la Poste enregistre une nouvelle fois un bénéfice stable, mais elle compte serrer la vis des dépenses au détriment de son personnel. Pour syndicom, c’est irresponsable. D’autant que la Poste génère sur le dos de ses employé-e-s des bénéfices toujours plus importants et désormais aussi des impôts pour les pouvoirs publics. Une telle politique met en péril le service public.


Au préalable de la conférence de presse d’aujourd’hui, la directrice de la Poste, Susanne Ruoff, avait anticipé l’interprétation des chiffres dans un journal dominical. Le bénéfice de la Poste diminue parce qu’elle est pour la première fois imposable en tant que société anonyme, a-t-elle déploré à maintes reprises. Dans ses interviews et interventions à la presse ces derniers mois, elle s’est répandue en lamentations. Son crédo: continuer à restructurer et supprimer des emplois à la Poste. Et sa dernière idée: ne plus repourvoir des milliers de postes qui seront laissés vacants suite à des départs à la retraite ces prochaines années. Alors que les cantons et la Confédération peuvent se réjouir de ces rentrées financières, rationalisations et pression accrues seront à l’ordre du jour pour le personnel.


Les chiffres sont désormais publiés. La Poste Suisse enregistre une nouvelle fois un bon résultat en 2013. Avec 626 millions de francs, son bénéfice « consolidé normalisé» est élevé. Si l’on y ajoute les 200 millions estimés de recettes fiscales que la Poste et les pouvoirs publics se refusent à déclarer publiquement sous couvert de «secret fiscal», on arrive à quelque 900 millions de francs de bénéfice (858 millions de francs dans le rapport de l’année précédente). Le résultat est donc stable. Et la Poste en excellente santé.

syndicom exige que le bilan soit enfin interprété sous l’angle du personnel et du service public :

  • La Poste doit assurer le service universel dans son mandat légal. Or elle ne peut le respecter que si elle dispose d’un bon réseau postal et d’employé-e-s motivé-e-s. De nouvelles économies réalisées sur le dos du personnel et au détriment du réseau d’offices de poste affaibliraient encore le service public. Ce qui compte, c’est un service public de qualité et pas seulement le seul rendement.

  • En outre, la Poste doit endosser sa responsabilité en tant qu’employeur social face à ses 62’000 employé-e-s. Dès lors, annoncer la suppression «socialement supportable» de mille postes via des départs à la retraite contredit ce principe. La Poste doit offrir des perspectives d’avenir à ses employé-e-s qui sont le fondement de l’entreprise. Il est donc absolument irresponsable que ses cadres laissent entendre à leurs subordonné-e-s qu’ils subiront encore davantage de stress et de pression, sans compter d’autres détériorations de leurs conditions de travail et d’engagement (p. ex. des engagements exclusivement à temps partiel dans la distribution du courrier). syndicom attend que ces problèmes soient abordés et résolus avec les partenaires sociaux dans le cadre des prochaines négociations CCT.

  • Les pouvoirs publics n’ont pas intérêt à ce que le service public de la Poste soit démantelé. C’est pourquoi syndicom exige de la Confédération qu’elle modère sa mainmise sur les millions de la Poste et qu’elle tienne compte des recettes fiscales nouvellement générées dans le prélèvement sur le bénéfice d’entreprise. Par conséquent, syndicom exige de jouer la transparence sur les contributions fiscales de la Poste. Car il est inadmissible qu’une entreprise à 100% aux mains de l’Etat ne soit pas transparente en argumentant qu´il y a un « secret fiscal ».

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter