Article

Larges bénéfices d’Edipresse Suisse en 2010 – le résultat indécent de restructurations brutales

syndicom accueille avec un regard très critique le bilan financier 2010 d’Edipresse Suisse. Les excellents chiffres (bénéfice de 37 millions) présentés ce matin sont le résultat indécent de restructurations brutales menées sur le dos du personnel. syndicom exige du groupe, désormais entre les seules mains de Tamedia , qu’il renonce à toute nouvelle vague de licenciements et garantisse le maintien de tous les titres et de la diversité de la presse. Tamedia-Edipresse doit en outre octroyer sans délai une hausse salariale de 200 fr. par mois pour toutes les catégories d’employé-e-s.

L’augmentation du cash-flow opérationnel de 63,5% (de 44 à 72 millions, soit un rendement exceptionnel de 20,3%) et l’impressionnant bénéfice de 37 millions réalisé par Edipresse Suisse en 2010 est une insulte pour les victimes des vagues de licenciements que le groupe de presse a infligées à son personnel ces dernières années. Près de 250 emplois ont été perdu depuis août 2008. syndicom – syndicat des médias et de la communication ne peut donc pas se réjouir d’un tel résultat : il ne fait que refléter une stratégie qui n’avait pour but que de maximiser la valeur du rachat d’Edipresse Suisse par le groupe Tamedia au détriment des femmes et de hommes qui ont fait toute la richesse de ce groupe.

Ainsi l’opération de vente a été couronnée de succès, puisque Edipresse a annoncé ce matin, parallèlement à son bilan 2010, l’accélération fulgurante du processus de vente à Tamedia. La totalité d’Edipresse Suisse passe en mains de Tamedia en 2011 déjà – au lieu du 1er janvier 2013 comme initialement prévu, moyennant une alléchante enveloppe revue à la hausse (entre 270 et 330 millions selon les résultats 2011, plus un paquet d’actions important pour M. Lamunière qui s’ajoutent aux 225 millions de la première tranche). Les vendeurs jubilent sans doute, les collaborateurs laissés sur le carreau beaucoup moins.

Cette attitude cynique et socialement irresponsable doit prendre fin. syndicom exige que Tamedia-Edipresse s’engage à renoncer à l’avenir à tout nouveau licenciement et à toute nouvelle restructuration préjudiciable aux employé-e-s. syndicom exige encore le maintien de tous les titres et la garantie d’une diversité totale de la presse dans le groupe. L’ensemble du personnel doit en outre enfin bénéficier lui aussi des bons résultats enregistrés par le groupe. Et pas seulement sous la forme de la prime unique prévue, qui ne donne aucune garantie pour l’avenir, mais aussi sous celle d’une augmentation des salaires. syndicom revendique une hausse salariale de 200 francs mensuels pour toutes et tous les employé-e-s. Elle correspond aux possibilités financières de Tamedia-Edipresse. Il n’y a aucune raison que seul M. Lamunière engrange les bénéfices exorbitants de la vente du capital humain, culturel et technique de son entreprise.

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter