Article

local.ch: une solution dans l’intérêt des employé-e-s

Depuis l’annonce du rachat de l’annuaire électronique local.ch projeté par Tamedia, l’entreprise est sous les projecteurs des médias. Entre-temps, Swisscom et Ringier se sont aussi déclarés candidats au rachat. Mi-avril, Tamedia offrait quelque 350 mio. de francs pour Publigroupe en vue de la reprise de local.ch. Swisscom, de son côté, a proposé 230 mio. à Publigroupe pour le rachat de ses parts. Dans cette valse de négociations, Swisscom s’est déclaré à son tour acquéreur de l’ensemble de Publigroupe, ce qui a pour effet de faire grimper les actions: le prix d’achat de Publigroupe devrait ainsi atteindre désormais 450 à 500 mio. de francs.


Payer des milliards pour des plateformes internet n’est pas un phénomène nouveau. Facebook a déboursé 19 milliards de dollars pour le rachat de Whatsapp. Qu’y a-t-il de commun entre local.ch et WhatsApp? Les données d’utilisateurs et de clients et la fréquence d’accès. Le véritable objectif étant l’extension  des surfaces publicitaires disponibles. Généralement, ce type de rachats est financé par la mise en vente de parties d’entreprise ou par le recours à des sociétés financières. Le financement extérieur est ensuite intégralement porté à la charge de l’entreprise acquise.


Les mécanismes de rachat sont toujours les mêmes: avec les dividendes versés aux actionnaires, les intérêts d’emprunt et les frais d’amortissement,  il reste bien peu pour les salarié-e-s. Pour maintenir des marges bénéficiaires élevées, le rachat de l’entreprise s’accompagne de mesures de rationalisation et d’optimisation.   

Quelles seront les retombées pour les quelque 800 employé-e-s de local.ch dont 500 sont soumis à la CCT d’entreprise? Le groupe d’édition Tamedia se refuse depuis des années à mener un dialogue constructif avec les partenaires sociaux. Voilà presque dix ans que les journalistes n’ont plus de CCT en Suisse allemande et au Tessin. Tamedia et l’association des éditeurs ont balayé tout compromis proposé par les syndicats. Comment le groupe Tamedia compte-t-il financer le rachat de local.ch? Sur quel secteur les charges seront-elles concrètement répercutées au sein du groupe? La question reste ouverte.

Swisscom détient aujourd’hui déjà 51 % des parts de local.ch et bénéficie d’un droit de préemption. L’année passée, une nouvelle CCT d’entreprise a été négociée avec local.ch, qui a permis non seulement des améliorations matérielles mais aussi l’extension des droits de participation syndicaux. syndicom entretient un dialogue constructif, d’égal à égal, avec la direction de local.ch. La représentation du personnel et le comité d’entreprise local.ch de syndicom sont des acteurs majeurs du partenariat social solide établi avec local.ch. Les conséquences d’un rachat par Swisscom peuvent être évaluées: local.ch serait complètement intégré dans le groupe et son rachat serait financé par des fonds propres. Les autres domaines d’activité de la société n’auraient donc aucune répercussion négative à craindre. Dans l’intérêt des salarié-e-s, l’intégration de local.ch dans le groupe Swisscom serait donc la seule solution adéquate.

Giorgio Pardini, responsable secteur Télécom/IT

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter