Article

Ne pas suivre la voie allemande !

Commentaire

Il y a près de vingt ans, la réforme postale I et II introduite en Allemagne a été à l’origine de la précarisation chez Deutsche Post. L’article en regard montre où mène le chemin vers la privatisation complète de Deutsche Post. A l’avenir aussi, les 140 000 postiers allemands bénéficieront – grâce à ver.di – d’une protection. Mais une pilule amère a dû être avalée. La création de 49 (!) filiales de DHL avec des conditions de travail détériorées et l’externalisation des prestations de distribution qui en découle est une réalité bien concrète.

 

En Suisse, il ne nous appartient pas de critiquer la stratégie de ver.di. Nous ne sommes pas assez impliqués dans cette histoire. En revanche, nous sommes en droit de nous poser des questions générales : l’Allemagne est-elle représentative de l’avenir des marchés postaux libéralisés ? Et pouvons-nous éviter une telle évolution ?

 

A mes yeux, la réponse doit être deux fois Oui. Oui, la situation allemande reflète l’avenir des marchés postaux en Europe. Et oui, nous avons en Suisse la possibilité de renverser la vapeur ! Dans le cadre du travail politique réalisé dans le cadre de la loi sur la poste, nous avons empêché l’externalisation des prestations du service universel dans des filiales non contrôlables. La Poste Suisse SA est responsable du mandat de prestation et sa filiale Poste CH SA l’exécute. La répartition des responsabilités suit ainsi des règles claires et contraignantes.

 

En cherchant à régler par des conventions collectives de travail (CCT) les domaines précaires des marchés postaux, syndicom ne commet pas une erreur de stratégie. Mentionnons ici à titre d’exemple la CCT KEP&Mail, qui sera mise en œuvre dans le courant de l’année 2016.

 

Il serait toutefois faux et fatal de se reposer sur nos lauriers. Nous devons faire tout notre possible pour réglementer les conditions d’engagement dans la distribution matinale et des imprimés, afin de les améliorer – par étapes successives. Ce n’est que de cette manière que nous éviterons en Suisse une évolution comparable à celle de l’Allemagne.

 

Nous attendons pour cette année encore (en septembre) le rapport d’évaluation du DETEC sur le marché postal. Ainsi, des jalons seront posés pour mener d’autres discussions en Suisse. L’avenir nous dira où la politique en matière de marchés postaux nous entraînera. C’est toutefois aussi une mise à l’épreuve pour notre syndicat : sommes-nous assez forts pour empêcher une dérive telle qu’en Allemagne?

 

Je suis convaincu que nous y parviendrons. Et c’est pourquoi je le répète résolument : aux grands maux les grands remèdes !

Fritz Gurtner, responsable du secteur Logistique

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter