Article

La Suisse médiatico-conservatrice

L’égalité dans les médias ? Loin s’en faut. Les femmes sont toujours sous-représentées dans les médias, en dehors des pages people ou des articles sur la famille.

En Suisse, nous avons la démocratie directe, la liberté de la presse. Mais à la vérité, il n’y a guère de pays en Europe qui soit plus conservateur que la Suisse. Il suffit de penser à la longue lutte pour le droit de vote des femmes, à l’introduction très tardive d’une assurance maternité minimale, aux tentatives répétées d’abolir le droit à l’avortement, ou au récent échec du congé paternité.

Les Suisses et les Suissesses sont plutôt traditionalistes. Et les médias y sont pour beaucoup. Dernier exemple en date : les critiques à l’égard de la présentatrice de la télévision alémanique Steffi Buchli, qui a annoncé son intention de reprendre le travail quatre mois après la naissance de sa fille.

Stéréo-types et stéréo-nanas

En Suisse, les médias propagent des stéréotypes de genre, ce qui revient à méconnaître le rôle des femmes dans la société et à entraver leur accès aux positions dirigeantes et à la politique. C’est ce que montre une récente étude du Projet mondial de monitorage des médias (GMMP), appuyé par un rapport de la Conférence suisse des délégué·e·s à l’Egalité. Pour exemple : les modèles de rôles sont présentés de manière atypique dans 3 % seulement des informations analysées dans la presse, les médias en ligne, à la radio et à la télévision ; le thème de l’égalité n’est évoqué que dans 6 % des nouvelles.

Le GMMP propose tous les cinq ans une sorte d’instantané des médias d’actualité au regard du genre, effectué à la même date dans tous les pays. Le dernier relevé, effectué le 25 mars 2015, a passé à la loupe en Suisse 514 nouvelles tirées de quotidiens, d’émissions de radio et télévision, de sites d’information en ligne et de Twitter.

Où sont les femmes ? Dans les pages people et sportives

Principal constat : sur 1051 personnes mentionnées dans les médias, 24 % seulement étaient des femmes, soit 2 % de plus que lors du dernier relevé il y a cinq ans. Cette progression est due avant tout aux médias en ligne, qui ont été pour la première fois inclus dans l’enquête. Les femmes y sont davantage représentées : 30 % sur les sites Internet, 48 % sur Twitter. Par ailleurs, les femmes occupent une place plus large dans les médias en Suisse romande (30 %) qu’en Suisse alémanique (20 %) et au Tessin (18 %).

Dans les rubriques économiques et politiques, les femmes sont rarement citées ou évoquées en tant qu’expertes ou commentatrices.
A contrario, elles sont surreprésentées dans les pages people et les rubriques sportives, dans les sujets relatifs à leur fonction parentale et les sondages d’opinion. Autrement dit, conformément à l’image traditionnelle des rôles.

Les médias présentent souvent des femmes sans activité lucrative, alors même que la Suisse connaît, en comparaison mondiale, une part de femmes actives professionnellement supérieure à la moyenne.

Quant aux femmes journalistes, leur proportion a baissé d’environ 5 % depuis 2010 et atteint à peine 30 %. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle les femmes sont moins évoquées comme sujets actifs dans les médias : les femmes journalistes ne mentionnent pas davantage de femmes que leurs homologues masculins, l’écart étant d’à peine 1 %.

Guide de rédaction non sexiste Les femmes évoquées par défaut ?
En collaboration avec Martina Leonarz, spécialiste scientifique des médias, les syndicats des médias syndicom et SSM et l’association de journalistes impressum ont élaboré un guide rédactionnel à l’intention des journalistes pour les aider à éviter les stéréotypes et les discriminations dans leurs propres articles. Notamment en se posant les questions suivantes : La description de caractéristiques extérieures est-elle vraiment utile au propos de l’article ? Est-ce que je connais une femme qualifiée à qui m’adresser pour telle ou telle interview ? Les femmes sont-elles évoquées implicitement dans mon article, ou devrais-je les mentionner expressément ?

Pour Stephanie Vonarburg, secrétaire centrale de la branche Presse et médias électroniques de syndicom, ces conseils pratiques très simples sont essentiels pour lutter contre la sous-représentation des femmes dans les médias. « En collant aux stéréotypes de genre, les médias cimentent l’image traditionnelle des rôles et empêchent l’égalité de progresser.» Si nous voulons changer la donne, nous devons abandonner les clichés et tendre vers une représentation plus équilibrée des femmes et des hommes dans les médias. » Les revendications des syndicats pour l’égalité des salaires et l’accès des femmes aux échelons dirigeants des médias sont plus actuelles que jamais.

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter