Article

La supercherie de la Poste concernant les offices de poste

La Poste suisse a tiré un bilan intermédiaire des fermetures d’offices de poste. Thomas Baur, responsable de domaine, a jonglé une fois de plus avec les chiffres, qui donnent une fausse image. Après le scandale chez CarPostal, davantage de transparence et d’honnêteté seraient pourtant bienvenues à La Poste. Et la classe politique ne devrait pas se laisser duper une fois de plus.

Il serait temps d’être honnête

Comme syndicom l’a déjà démontré à plusieurs reprises, le groupe de La Poste  présente volontaire des chiffres erronés concernant le domaine Réseau postal et vente. Ainsi, les prestations fournies pour d’autres domaines de l’entreprise sont volontairement sous-évaluées pour perpétuer la légende des offices de poste déficitaires. Grâce à des transferts comptables, le déficit de 2016 a même été doublé. Mais le plus grave sont les déclarations de Thomas Baur à la conférence de presse d’aujourd’hui concernant la fréquentation des clients. Il va de soi que le nombre de colis déposé dans les offices de poste est moins élevé que dans les agences postales, puisque deux tiers des offices de poste ont été fermés depuis 2000.

Mais comme le montre le rapport de la Postcom, la fréquentation par office de poste a notablement augmenté ces dernières années. On a enregistré une augmentation de 25% pour la seule période de 2011 à 2017. Les clients doivent toutefois parcourir aujourd’hui un plus long trajet jusqu’à l’office de poste ou à l’agence postale, selon le service dont ils ont besoin. Un tel démantèlement des services n’est pas acceptable et nuit au service universel en Suisse. Après le scandale de CarPostal, il est inadmissible que La Poste pense pouvoir présenter une fois encore des chiffres truqués à la population et à la classe politique. 

La Poste contourne la CCT et fait pression sur les salaires

L’inquiétude est très grande parmi le personnel. Car l’externalisation transfère les prestations postales dans des branches à très bas salaires. En externalisant des prestations postales dans des agences postales, La Poste pratique de la sous-enchère salariale et offense ses employé-e-s. La clientèle doit aussi se contenter de moins bonnes prestations.

La politique doit modifier les conditions cadres

La classe politique tente elle aussi d’intervenir. Des initiatives cantonales ont été déposées en Valais et au Tessin. Le Conseil fédéral et le Parlement sont confrontés à une véritable marée d’interpellations et de motions parlementaires. La Conseillère fédérale Doris Leuthard a promis de geler les fermetures d’offices de poste mais n’a pas tenu parole. Les dirigeants de La Poste ignorent ces appels et se moquent de la classe politique. Ils accélèrent au contraire le processus, car ils craignent de nouvelles réglementations. Les critères d’accessibilité concernant les offices de poste doivent enfin être revus. syndicom attend des règles plus sévères en faveur de la population. Le  Conseil fédéral veut faire passer la modification de l’ordonnance pour une amélioration. Mais le contraire est vrai. La nouvelle ordonnance va accélérer encore les fermetures. Il reste à espérer que le Parlement ne se laissera pas duper de la sorte.

Stop à la supercherie

A l’aide de campagnes publicitaires exorbitantes, La Poste entretient la supercherie. Le service se détériore, l’externalisation des prestations vers des agences postales entraîne une perte considérable de la qualité. syndicom exige de La Poste qu’elle prenne au sérieux les préoccupations de la population, du personnel et de la classe politique, au lieu de miser sur des campagnes de publicité et de relations publiques.

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter