Article

Royal Mail en grève le 4 novembre

Le syndicat anglais des salarié·e·s de la communication CWU, représentant les deux tiers des effectifs de Royal Mail, a annoncé le 16 octobre que les employé·e·s du groupe postal privatisé depuis peu (voir notre dernière édition) avaient voté à 78 % pour une grève le 4 novembre. Le syndicat laisse toutefois la porte ouverte aux négociations. En cas d’accord, la grève serait stoppée. Yves Sancey

Plus de 100 000 postiers pourraient faire grève en Angleterre le 4 novembre. Moins d’une semaine après l’entrée en Bourse de leur entreprise, les salarié·e·s de Royal Mail, la poste britannique, ont en effet voté en faveur d’une grève de vingt-quatre heures le 4 novembre si aucun accord sur les salaires et les conditions de travail n’était conclu d’ici là. Cette décision a été approuvée par 78 % des suffrages exprimés, avec un taux de participation de 63 % parmi les 115 000 salariés du groupe susceptibles de voter. Fermement opposé à la privatisation de Royal Mail, le syndicat Communication Workers­ Union (CWU) avait rejeté en juillet la proposition de la direction d’augmenter les salaires de 8,6 % sur trois ans, en critiquant la modification du régime de retraites du groupe.

POSTIERS DéTERMINéS

De plus, le prix à payer pour cet accord était de renoncer à la grève. Une façon donc d’acheter la privatisation. Le syndicat rappelle que les salaires de la direction ont, eux, augmenté de 23 %. Le syndicat exige un accord écrit légal sur dix ans qui engage la Poste sur les retraites, la sécurité de l’emploi, les salaires et la renonciation au recours à des franchises et une précarisation des statuts des nouvelles personnes engagées. Si le litige ne peut être résolu, d’autres actions sont envisagées dans la période qui conduit à Noël, période-clé pour le courrier. La direction s’est dite « déçue » par ce vote. Espérant acheter la détermination des postiers en leur offrant gratuitement 10 % de la compagnie, la direction a dû déchanter. Seuls 0,5 % des 150 000 employés en ont profité.

Enquête parlementaire
pour bradage

Le vote sur la grève s’est fait sur fond d’une grande polémique. Les syndicats et la gauche critiquent en effet le gouvernement pour avoir gravement sous-estimé le prix de Royal Mail et bradé un des joyaux de la couronne. En vingt minutes, l’action est montée de 40 %, puis même de 48 % après deux jours. Un bénéfice de 356 £ pour un achat de 750 £, c’est Noël avant l’heure à la City. A la BBC, Nadhim Zahawi, un député conservateur, accuse les banques d’incompétence. En l’occurrence, ce sont Goldman Sachs et UBS qui ont organisé la vente des actions. Vincent Cable, secrétaire d’Etat en charge des entreprises, et la banque Lazard – qui avait fait office de conseiller indépendant pour l’opération – auront à s’expliquer devant une commission parlementaire en novembre.

Aussi au Portugal

Que l’Etat s’endette pour sauver les banques et qu’ensuite celles-ci fassent leurs profits avec la vente d’entreprises publiques est une insulte à tous les salariés qui vont subir les conséquences de ces privatisations. Le « succès » de cette privatisation donne des ailes et des idées à la droite européenne. L’Angleterre envisage d’autres dénationalisations : la météo nationale ou le service d’aide aux personnes âgées sont notamment envisagés. Début octobre, le gouvernement lusitanien annonçait également son intention d’introduire en Bourse jusqu’à 70 % du capital de son service postal vieux de 500 ans, CCT-Correios. Le pays s’était engagé à le privatiser pour bénéficier d’un plan d’aide financière négocié en mai 2011 avec l’Union européenne et le FMI. Cette opération pourrait rapporter plus de 400 millions d’euros aux caisses de l’Etat. Plutôt que de faire contribuer les grandes fortunes et les grandes entreprises, la droite préfère vendre les services publics et faire plaisir à ses amis de la finance.

De son côté, Bruxelles donne du grain à moudre aux extrême droites. En ce sens, la réaction de la gauche et des syndicats en Angleterre sera un vrai test sur la capacité de se défendre face aux dérives d’un néolibéralisme débridé.

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter