Article

Tamedia : machine à cash pour les actionnaires

Le résultat de l’exercice 2014 publié le 11 mars par Tamedia bat tous les records. Dès lors, syndicom exige une nouvelle orientation de la politique de l’entreprise zurichoise. Une politique qui place au centre le personnel et la qualité éditoriale plutôt que des bénéfices records.

Qui peut rêver d’un bénéfice avant amortissement et impôts – celui qui révèle la véritable force de frappe financière d’une entreprise – de 231 millions (soit une marge Ebitda de 20,7 %) ? Tamedia, qui réalise « l’un des meilleurs exercices de Tamedia au cours de ses cent vingt ans d’existence » jubile Pietro Supino, président du conseil d’administration. Des chiffres qu’aucun autre groupe suisse de médias n’atteint, même approximativement.

Machine à sous

Dans le secteur multimédia, Tamedia se mue en véritable machine à sous ; le secteur Digital croît et contribue toujours plus au bénéfice. Mais le secteur Print se taille toujours la part du lion, avec plus de deux tiers des bénéfices. Loin d’une crise de la presse, les médias régionaux dégagent une marge Ebit­da de 16,6 % et les médias nationaux de 18,5 % ! C’est avec les ressources des médias imprimés que Tamedia finance sa croissance dans le secteur numérique et enrichit ses actionnaires.

syndicom ne critique pas l’engagement de Tamedia dans les médias et la publicité numériques. Mais il considère comme un affront que ces bénéfices ne soient pas investis dans le personnel, l’amélioration de la qualité éditoriale et du travail, mais qu’ils reviennent principalement aux actionnaires en étant soustraits à l’entreprise. La rémunération totale des sept membres de la direction augmente de 30 % à 8,2 millions de francs. Les dividendes des actionnaires doivent augmenter de 12,5 %, ce qui fait passer leurs indemnités à près de 48 millions de francs. Seuls 6,6 millions de francs sont prévus à titre de « participation au bénéfice » pour les 3400 employé·e·s qui ont contribué au bénéfice. Des augmentations de salaire adéquates pour tous passent une fois de plus à la trappe.

Augmentations de salaire indispensables

Tamedia a les moyens financiers nécessaires pour développer la qualité éditoriale, améliorer les conditions de travail et augmenter les salaires. Des médias de qualité exigent des effectifs de personnel suffisants pour les produire. Et des personnes compétentes méritent de bonnes conditions de travail, ainsi qu’une convention collective de travail pour les journalistes, inexistante en Suisse alémanique et au Tessin. (syndicom)


106 postes à la trappe chez Ziegler Druck (ZH)
Tamedia mettra un terme aux activités d’impression commerciale de Ziegler Druck à Winterthour à la fin de cette année. C’est l’épilogue du rachat en août 2013 du Landbote de Winterthour et de son imprimerie par Tamedia. La mesure touche 106 collaborateurs.


Quinze d’entre eux se voient proposer une retraite anticipée et les cinq apprentis poursuivront leur formation dans d’autres entités du groupe, voire ailleurs. Des solutions sont en cours de recherche pour 73 employés. Un plan social avait déjà été élaboré l’an dernier avec les partenaires sociaux, annonce l’éditeur zurichois. Lors des négociations du plan social, Tamedia n’a fait qu’une offre au rabais indigne de sa forte capacité financière.


Les activités d’impression digitale et les neuf employés qui y sont rattachés seront cédés à Stämpfli. Schellenberg Druck reprendra les activités d’impression offset et les quatre collaborateurs concernés au 1er avril de cette année. (syndicom)

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter