Article

Manifestation avant l’assemblée générale 2014 de Tamedia

Les employé-e-s de Tamedia qui travaillent aux rédactions et imprimeries de l’entreprise manifesteront avant l’assemblée générale de Tamedia – avec impressum et syndicom – pour exiger que les actionnaires investissent les dividendes dans l’entreprise.

Le 11 avril 2014, les actionnaires de Tamedia distribueront le bénéfice annuel de 119 millions de francs: 42,4 millions seront empochés, conformément à la volonté du conseil d’administration, par les actionnaires. 5 millions seront versés, à titre de participation au bénéfice, aux 3300 employé-e-s, et 9 millions ont déjà été distribués en 2013 à quelques membres de la direction et du conseil d’administration. La répartition du bénéfice fait des victimes: Tamedia veut «augmenter l’efficience» de l’entreprise ces trois prochaines années et économiser 62 millions de francs. L’année dernière, il n’était question «que» de 34 millions. De nouveaux licenciements sont donc attendus. Et aux personnes déjà licenciées à Winterthour, Stäfa, Bülach, Bussigny, Lausanne et Genève un plan social a été refusé. Négocié en 2009 avec les partenaires sociaux, il a été appliqué déjà à plusieurs reprises jusqu’à fin 2013.


Les employé-e-s de Tamedia rappelleront aux actionnaires ce que le programme rigoureux d’économie signifie: des licenciements dans les rédactions et donc plus de tâches pour celles et ceux qui restent. Mais aussi moins de temps pour effectuer des recherches approfondies et écrire de bonnes histoires. Et une moins bonne qualité de l’actualité. En outre, le placement «efficace» du même article dans toujours davantage de journaux réduit la diversité de l’information. Les abonnés le remarquent! Le nombre d’abonnements en chute libre et le recul des recettes tirées des annonces dans la presse écrite ne sont pas un hasard.


Enfin, les imprimeries contraintes de mettre la clé sous le paillasson et les mandats d’imprimerie toujours plus nombreux confiés à l’étranger affaiblissent l’industrie graphique suisse et donc l’économie nationale. Tamedia doit assumer ses responsabilités. Du moins lors de licenciements, des plans sociaux qui tiennent compte des bénéfices de l’entreprise devraient être négociés avec les partenaires sociaux et les commissions du personnel.


Lors de la manifestation, les employé-e-s de Tamedia exigeront que les actionnaires stoppent la spirale négative. Qu’ils renoncent aux dividendes pour les investir entièrement dans l’entreprise et rendre ainsi les mesures d’économie superflues. Pour renforcer la qualité journalistique et maintenir la diversité du paysage médiatique. Et pour que des bénéfices restent possibles ces prochaines années aussi!
Renseignements:

 

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter