Article

Non à l’arrêt de l’impression de la FAO à Genève et ses conséquences sur l’emploi

Ce jeudi 21 avril, le Grand Conseil genevois doit décider du passage de la Feuille d’avis officielle (FAO) à une version purement numérique. La commission du personnel de l’imprimerie Atar et syndicom, syndicat des médias et de la communication, lui ont envoyé hier 18 avril une lettre ouverte demandant de suspendre ce vote et de renvoyer le projet en commission.

© FAO

Rassemblement :
Jeudi 21 avril dès 16h00
Devant le Grand Conseil genevois


La Commission des droits politiques et du règlement du Grand Conseil de Genève a été chargée par le Grand Conseil d’étudier le projet de loi du Conseil d’Etat modifiant la loi sur la Feuille d’avis officielle de la République et canton de Genève (FAO). Ce projet de loi - inscrit à l’ordre du jour de la session des 21 et  22 avril - vise à inverser la primauté actuelle du papier sur le numérique, de façon à ce que dès le 1er janvier 2017, seule subsiste la version électronique de la FAO. Ainsi, la version imprimée de la FAO cesserait de paraître dès le 1er janvier 2017.

Emplois et désindustrialisation
L’imprimerie Atar dispose de la dernière rotative de presse de la place de Genève. La perte de la réalisation de la FAO signifierait probablement à court ou à moyen terme sa disparition.
Environ 15 personnes travaillent à la réalisation de la FAO. Si la rotative venait à disparaître, ces postes de travail seraient perdus et le retour à l’emploi du personnel concerné serait très difficile. Surtout pour les personnes de plus de 50 ans, qui travaillent depuis toujours aux rotatives.

Pluralité de la presse

Le journal Le Courrier – titre absolument indispensable au maintien de la diversité de la presse à Genève - s’imprime également dans cette entreprise. L’éventuelle disparition de la rotative contraindrait peut-être la rédaction à imprimer le journal à Tamedia – Bussigny (VD). Ce qui ne ferait que renforcer le monopole de Tamedia en matière d’impression de journaux.

Demande de renvoi en commission du PL 11837-A
Les salarié-e-s d’Atar Roto Presse et syndicom demandent de suspendre le vote de ce projet de loi en plénière et de le renvoyer en commission, pour que les conséquences économiques, en termes d’emploi, mais aussi en ce qui concerne la diversité de la presse, de cette décision puissent être prises en compte et que des réponses puissent être apportées aux questions posées.

lettre ouverte au Grand Conseil (PDF)

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter