Santé

Flexibilité des rapports de travail et leur protection

La numérisation favorise les rapports de travail à durée déterminée, qui sont limités à des projets (par exemple au travers de plateformes). Toujours plus d’entreprises considèrent les travailleurs non pas comme des employés, mais comme des professionnels exerçant une activité lucrative indépendante. Ou comme faisant partie d’un réseau social.

Il faut instaurer des conditions-cadres fiables pour réglementer les rapports de travail précaires en matière de salaires (salaires minimaux), d’assurances sociales ou d’horaires de travail. Le travail mobile hors de l’entreprise doit aussi être limité dans le temps.

Le crowdworking, l’économie de plateforme et d’autres formes d’exploitation de l’économie numérique font peur à beaucoup de gens. Même les standards minimaux du droit du travail menacent de s’effriter. La numérisation permet aux entreprises de diminuer leurs coûts, mais risque aussi de nuire à leur réputation. Les cas de violation des droits humains ou d’exploitation de la main-d’œuvre font très rapidement le tour de la planète sur l’Internet. Les entreprises actives dans le monde entier sont amenées à introduire et appliquer des directives éthiques. Elles sont contraintes d’assumer leur responsabilité sociale («Corporate Social Responsibility») pour éviter d’être dénoncées par l’opinion publique numérique et de perdre des parts de marché.

Clés pour le travail syndical

Les syndicats doivent exploiter la fragile réputation des entreprises dans l’opinion publique numérique pour leur arracher des concessions et les obliger à assurer des rapports de travail équitables. Il faut de toute urgence introduire des réglementations pour protéger ces nouveaux rapports de travail. Aussi bien dans la législation que dans les conventions collectives de travail.

«La flexibilité sans sécurité signifierait que les humains rechignent à s’engager dans des processus d’apprentissage compliqués. La sécurité sans flexibilité empêcherait l’émergence d’un climat créatif nécessaire aux innovations. C’est pourquoi les deux sont indispensables: la flexibilité et la sécurité. Notre politique CCT est axée sur ce principe.»

Giorgio Pardini, responsable du secteur TIC

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter