Article

La fusion entre Keystone et l’ATS est placée sous le signe des économies

Les éditeurs suisses risquent de détruire un pilier important du paysage médiatique suisse

© Lumina Design

Les craintes de la rédaction sda semblent se confirmer: le conseil d’administration, composé d’éditeurs, veut serrer la vis déjà avant la fusion, car un nouveau modèle tarifaire induisant une diminution de recettes non encore prévisible a mal été mis en œuvre. Les journalistes doivent aujourd’hui payer pour les erreurs de la direction. Les éditeurs suisses risquent ainsi de détruire un pilier important des médias suisses.

La mauvaise introduction du nouveau modèle tarifaire provoque encore plus d’incertitude
L’ATS se trouve actuellement dans une situation économique difficile. L’introduction par la direction du nouveau modèle tarifaire «Total Audience» a provoqué l’incertitude de la clientèle et une diminution de recettes. A cela s’ajoute la pression à économiser des éditeurs suisses en raison d’une baisse des tirages et du recul des annonces publicitaires. L’ATS n’est pas épargnée. La portée du recul de recettes ne peut pas encore être évaluée. Des mesures d’économie ont d’ores et déjà été décidées, mais la direction en ignore l’impact. Elle génère ainsi encore plus d’insécurité chez les journalistes de l’ATS qui ne savent pas combien de postes seront supprimés.

Les mesures d’économie entraîneront une baisse de la qualité des prestations
Il est illusoire de croire que la diminution du personnel et des ressources permettront de fournir à l’avenir les mêmes prestations. L’ATS (voir ci-dessous*) , qui avait pour tâche de fournir des informations de haute qualité à prix coûtant pour toutes les régions du pays, déchargeait les maisons d’édition, qui n’avaient ainsi pas à accomplir toutes le même travail. Pour cette raison, l’ATS a toujours eu fortement conscience des coûts. D’autres coupes ou une orientation axée davantage sur le profit entraîneront selon la rédaction d’inévitables concessions sur la qualité et l’étendue des prestations – notamment au niveau de la desserte des régions linguistiques.

Malgré la pression à économiser, le service vidéo doit continuer à être offert gratuitement
Le personnel de l’ATS ne comprend pas pourquoi les contenus destinés à la communication en ligne (services vidéo) devront encore être offerts gratuitement à l’avenir. Vouloir résoudre le problème du manque de recettes uniquement par le biais des coûts est la mauvaise stratégie. Il faut plutôt trouver des solutions pour augmenter les recettes. Or des prestations gratuites sont un affront pour le personnel dans la situation actuelle. L’association patronale impressum et le syndicat des médias syndicom partagent les préoccupations du personnel et exigent que les journalistes de l’ATS soient consultés dans la conception du modèle tarifaire.

Approches constructives sans résultats concrets
Le personnel de l’ATS est heureux que la direction ait réagi de manière constructive à la résolution et au mécontentement du personnel et qu’elle se montre ouverte au dialogue. De premières discussions ont été menées cette semaine pour faire le point sur la situation. Une première rencontre sur des mesures d’économie concrètes est prévue pour début janvier. Le personnel salue un dialogue objectif et exige la prise de décisions conjointe. L’association patronale impressum et le syndicat des médias syndicom soutiennent le personnel de l’ATS dans leur revendication pour un dialogue constructif et exigent que la direction de l’ATS prenne des décisions avec le personnel.

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter