Sondage sur la proposition de syndicom

syndicom voulait connaître l’avis des personnes concernées par la proposition de syndicom visant à introduire une assurance perte d’activité.

 

A titre de première consultation, syndicom a invité ses membres et d’autres freelances et indépendant-e-s intéressé-e-s à donner leur avis sur cette proposition dans le cadre d’un sondage. 246 personnes y ont participé. Ci-après, nous vous présentons les résultats de cette première consultation, qui s’est déroulée du 1.12.21 au 29.3.22. Le sondage concernant le modèle d’assurance reste ouvert.

Les principaux résultats du sondage

  • Seules 12% des personnes interrogées peuvent actuellement constituer autant de réserves qu’elles le souhaitent.
  • 44% des sondé-e-s ne peuvent actuellement constituer aucune réserve.
  • Une assurance collective contre la perte d’activité serait importante, voire très importante pour 85% des personnes interrogées.
  • 74% estiment qu’une assurance perte d’activité devrait être obligatoire.
  • 67% estiment que leur clientèle accepterait une augmentation des prix.

Vue d’ensemble des résultats

44%     Je ne peux pas constituer de réserves en ce moment.
34%     Je peux constituer des réserves, mais elles ne suffisent pas aussi longtemps que je le souhaite.
12%     Je peux constituer des réserves en quantité suffisante, si bien que je suis satisfait-e de ma situation actuelle.
8%       Je touche un autre revenu d’appoint et n’ai donc pas besoin de constituer des réserves.
2%       De manière générale, je ne suis pas tributaire du revenu de mon activité indépendante.

54%     Une très grande importance
31%     Elle serait importante, mais ce n’est pas ma préoccupation la plus urgente.
11%     Ce serait bien de l’avoir, mais je peux m’en passer.
4%       Cela n’a pas d’importance

30%     Graihisme
28%     Photographisme
23%     Illustration
24%     Autre
15%     Journalisme
14%     Texte
10%     Vidéo
4%       UX/UI
3%       Audio
3%       Informatique

Avec l’introduction d’une assurance perte d’activité pour indépendant-e-s (APA-I), notre modèle prévoit d’indiquer obligatoirement sur toutes les factures 4% des primes APA-I. Si tu établissais donc aujourd’hui une facture pour un montant de p.ex. 1000 francs, elle s’élèverait à 1040 francs avec l’APA-I. Comment penses-tu que ta clientèle réagirait si elle devait verser à l’avenir 4% sur le montant initial de la facture à l’APA-I?

54%     Elle accepterait probablement l’augmentation du prix s’il est clair que c’est obligatoire.
20%     Une partie de ma clientèle accepterait ce supplément, mais une autre partie renoncerait à collaborer avec moi pour cette raison.
13%     Elle accepterait probablement l’augmentation du prix sans se poser de grandes questions.
13%     Ma clientèle n’accepterait guère l’augmentation du prix et je devrais baisser mes tarifs, afin que les prix, y c. l’APA-I, ne soient pas plus élevés qu’à l’heure actuelle.

Si tu devais consacrer toi aussi 4% de ton chiffre d’affaires à l’APA-I, quelles en seraient les conséquences sur la situation de tes revenus?

41%     4% 4% sont encore inclus dans ma marge. Même si je n’épargne pas de réserves à l’heure actuelle, je ne devrais pas augmenter mes prix.
25%     4% de coûts supplémentaires seraient difficiles pour moi et je devrais augmenter en conséquence mes prix.
22%     Je constitue aujourd’hui déjà des réserves en mettant de côté plus de 4% de mon chiffre d’affaires. Je ne devrais donc rien changer.
12%     Dans ma branche, il existe déjà une énorme concurrence au niveau des prix et je ne pourrais pas me permettre actuellement de payer 4% de coûts supplémentaires.

En cas d’une absence de mandats, la prestation d’assurance s’élève à 80% de ton chiffre d’affaires normal. 80% suffisent-ils à couvrir tes frais courants (professionnels et privés) pendant une période sans mandats?

67%     80% conviennent parfaitement pour couvrir mes frais courants.
19%     Je pourrais même m’en sortir avec moins de 80%.
14%     80% ne suffisent pas pour payer mes frais courants.

Le montant de la perte de mandats, c’est-à-dire le montant de l’indemnité qui te sera versée, est calculé sur la base de la baisse du chiffre d’affaires par rapport à ton chiffre d’affaires réalisé sur les trois dernières années. Dans quelle mesure ce modèle de calcul convient-il à ta situation actuelle de revenu?

53%     Ce modèle ne me convient pas, car mon chiffre d’affaires varie très fortement d’une année à l’autre.
47%     Cela convient, car mon revenu est chaque année plus ou moins identique. Le calcul selon ce principe fonctionnerait donc.

Dans le but d’assurer un pont rapide de liquidités, tu peux obtenir un premier soutien pendant l’année en cours de manière relativement peu bureaucratique. A la fin de l’année une analyse est ensuite effectuée pour vérifier si une baisse du chiffre d’affaires a vraiment eu lieu. Si tu as recouru à davantage de soutien financier que celui auquel tu avais effectivement droit, tu dois rembourser la différence du montant.

66%     Je trouve le principe bon. Si j’ai réalisé à la fin de l’année plus de chiffre d’affaires qu’escompté, je peux aussi rembourser le soutien obtenu.
34%     Je privilégie un système où l’argent versé peut être conservé dans tous les cas, même si cela signifie qu’il soit versé à un moment ultérieur.

Le nombre de mois de réserves épargnées dans l’APA-I se calcule sur la base de la durée de tes versements et du montant du chiffre d’affaires. Les cotisations versées augmentent les réserves chaque année de 8% de ton chiffre d’affaires actuel. Après 4 ans, un chiffre d’affaires constant te permet d’économiser environ 4 mois. Après 10 ans, ce sont déjà 12 mois. Pour combien de mois devrais-tu te constituer des réserves afin de te sentir assuré-e?

9%       0 - 3 mois
38%     3-6 mois
38%     6-12 mois
9%       12-24 mois
6%       Plus de 24 mois

L’assurance perte d’activité pour les indépendant-e-s serait encadrée et supervisée par un bureau spécialisé, qui t’assurerait un accompagnement en cas d’une perception des prestations. Que penses-tu d’un bureau spécialisé pour les indépendant-e-s?

52%     J’apprécierais de recourir à un service de consultation.
27%     Je suis favorable à cette idée, mais crains d’être tenu-e sous la tutelle d’un tel service.
13%     Je m’y oppose, car je crains d’être mis sous tutelle par un tel service.
8%       Je m’y oppose de manière générale, car en tant qu’indépendant-e, personne ne peut me dire ce que je dois faire.

En fonction de ta situation personnelle et des réserves qui te restent, l’accompagnement de ce service spécialisé serait réparti dans les phases suivantes:

1. Pont de liquidité;
2. Coaching en cas d’acquisition;
3. Formation continue;
4. Repositionnement;
5. Sortie du statut d’indépendant-e et passage à un statut de salarié-e.

Comment juges-tu les cinq phases d’accompagnement?

65%     Cela paraît plausible
22%     Pas d’avis
13%     J’aurais une autre proposition

74%     Oui, mais seulement si tous les indépendant-e-s augmentent les coûts, les augmentations de prix sont réalistes vis-à-vis de la clientèle.
26%     Non, chacun et chacun doit pouvoir décider s’il ou si elle veut épargner des réserves.

Restez informées

Personnellement, rapidement et directement

Vous voulez savoir pourquoi nous nous engageons. Abonnez-vous à nos newsletters! Si vous avez des demandes personnelles, nos secrétaires régionaux seront heureux d’y répondre.

syndicom près de chez toi

Les secrétariats régionaux te conseillent de manière compétente

S'abonner à la newsletter